Mairie de Beaurainville
232, Rue de la Canche
Boîte postale 27
62990 BEAURAINVILLE

Téléphone : 03 21 90 30 63
Télécopie : 03 21 90 02 88
Courriel : contact@beaurainville.fr

Jours et heures d’ouverture :
Tous les jours de 08h30 à 12h30 et de 14h00 à 18h00 sauf le vendredi fermeture à 17h00 – le samedi (hors vacances scolaires) de 09h00 à 12h00

Commune de Beaurainville (62)

Accueil > Histoire et patrimoine culturel

Histoire et patrimoine culturel

  • La tragique affaire du carrefour de Beaurainville

    L’affaire la plus tragique que connut la région de Montreuil se déroula le 21 Mai 1940 au carrefour de Jumel sur le territoire de Beaurainville. A cet endroit, se trouvèrent aux prises trois chars et un détachement de soldats français contre la forte pointe blindée de la 8ème Panzerdivision allemande qui marchait sur Montreuil, venant de Hesdin qu’elle avait atteint la nuit précédente. Les blindés français appartenant à la 1ère division légère mécanique qui avait marché sur la Hollande dès les premières (...)

  • Les combats du 21 mai 1940 à Beaurainville

    Dès le 20 mai 1940, l’invasion allemande avait atteint les abords de Campagne et de Beaurainville, fonçant vers les objectifs qui lui étaient fixés : Boulogne, Calais et Dunkerque. Le 21, au carrefour des Quatre-routes (appelé maintenant “du 4e Régt de Cuirassiers”), une tragique coïncidence allait jeter deux unités françaises, très différentes, face à l’ennemi, au même endroit et aux environs de la même heure. D’abord un groupe de la Régulation Routière, arrivant du Nord, vers treize heures : une (...)

  • A propos du nom de Beaurainville

    Au temps anciens...

  • Le Moulin de la Bleuence

    Une petite rivière, née à Créquy, rejoint la Canche à Beaurainville... Son nom ? Actuellement, on l’appelle La Créquoise, en raison de l’endroit où elle a pris sa source. Mais, il y a très longtemps, au Moyen-âge, elle porta deux autres noms : La Carquenoise ou encore La Bleuence et c’est cette dernière appellation qui fut donnée au moulin de Beaurain.
    Il date de l’an 1042 : bientôt mille ans dans quelques années ! En cette lointaine époque, on ne pouvait pas installer librement un moulin (sans doute en (...)

  • Le Château des Lianne

    Il date du temps de Saint-Louis ; son nom n’a rien à voir avec une végétation de lianes : c’est celui de son fondateur au XIIIème siècle, un baron du Boulonnais : Enguerrand de LIANNE, devenu sire de Beaurain par mariage et possesseur d’un vaste domaine (pâtis de Lianne, bois et Fond des Lianne, près du Valivon). Ce fut d’abord "un joli manoir de pierre blanche, avec deux petites tourelles aux toits couverts d’ardoise" bien installé à quelques pas de la Canche, mais n’ayant pas négligé sa défense : (...)

  • Beaurain et ses trois châteaux

    Vers le Xème siècle Beaurainville s’appelait encore BELREM lorsque son premier château, surtout fait de bois, dressait sa haute tour ronde tout près du village (non loin de l’actuelle voie ferrée) ; des fossés et une haute palissade le protégeaient des incursions ennemies.. Compte tenu des dates, c’est très certainement là que fut gardé en captivité le prince anglais Harold, déjà cité (dès l’an 1062). Le château fort de BEAURAIN Au XIII ème siècle, un robuste château fort de pierre fut ensuite (...)

  • Le Prieuré de Beaurain

    C’est sans doute le plus ancien témoin du passé de Beaurain, car il fut établi sur le domaine acheté en l’an 723 par l’abbé Erquembode, un religieux de l’abbaye Saint-Bertin à Saint-Omer. Tout proche de la Canche, il connut de fréquents passages de Vikings. Passé sous la dépendance de l’abbaye de Marmoutier, il prit ensuite le nom de la paroisse de Beaurain : Saint-Martin, fondateur de Marmoutier au IVe siècle. Pendant plusieurs siècles, le prieuré connut la prospérité : en ce temps, les riches (...)

  • Beaurainville et son église

    Notre église de Beaurainville porte (comme le Prieuré et d’ailleurs toute la paroisse) le nom de Saint-Martin, en voici la raison : au 4ème siècle de notre ère, Saint-Martin avait fondé à Marmoutiers une abbaye qui allait devenir si puissante qu’elle eut bientôt de nombreuses ramifications, paroisses ou prieurés. Puis vint le Moyen-âge, une époque de chevalerie et de grande piété... Nos châtelains de la très riche famille De Croÿ entreprirent l’édification d’une église que Beaurain n’avait pas encore : (...)

  • HAROLD DE KENT détenu à Beaurains !...

    En l’an 1064, "ad BELREM : et ibi eum : tenuit". A Beaurains, HAROLD le Prince Saxon est emmené par notre Seigneur Guy de PONTHIEU et son escorte. Cette prise est assurément importante et vaudra à notre Comte Guy une substantielle rançon ! A peine descendu de son drakkar, HAROLD nu-pieds est empoigné par les gens d’armes de Guy. Le saxon à la fière moustache est prisonnier en vertu du droit de Warech. Le droit de Warech : La loi de bris et naufrage. Il s’agit là d’une pratique fort ancienne (...)

  • Le Blason

    Les seigneurs de Beaurain possédaient un vaste domaine qui comprenait les seigneuries de Berck, Bureuilles, Campagne, Ecquemicourt, Ecuires, Gouy, Hesmond, Merlimont, Offin, Verton, ... C’est en 1412, en pleine guerre de CENT ANS, que le Roi de France, Charles VI octroya à son dévoué chambellan, Jehan de Croy, le domaine de Beaurain, alors rattaché à la Couronne de France. Les Croy, châtelains puis baron et comte de Beaurain se transmirent cet héritage jusqu’à la Révolution. Mais le château fut (...)

décembre 2017 :

Rien pour ce mois

novembre 2017 | janvier 2018